Accueil » Actualités

Actualités

Imprim'vert

Ouvrir en grand

Les imprimeurs s’engagent, en adhérant au réseau "Imprim’vert" à éliminer les déchets dangereux qu’ils produisent (révélateurs et fixateurs de films et plaques, solvants usagés, boîtes d’encre vides, résidus d’encres, chiffons souillés), conformément aux exigences réglementaires.

Cette démarche environnementale est suivie par 8 imprimeurs en Savoie en 2015.

En 2015, 31,3 tonnes de produits dangereux ont été collectées et traitées dans des installations appropriées.

En savoir plus :

 

Mise à jour : 27 février 2017

La synthèse départementale des déchets en Savoie

Ouvrir en grand

Véritable état des lieux de l'environnement en Savoie depuis 1994, l'observatoire savoyard de l'environnement vous propose un suivi annuel d'un certain nombre d'indicateurs et des dossiers d'actualités sur les thèmes des déchets, du climat, de l'air, de l'énergie, de l'eau et de la gestion de l'espace.

 

Vous pouvez retrouver la synthèse départementale de l'année 2015 pour les données déchets : bilan des collectes des ordures ménagères résiduelles, collectes sélectives, collectes en déchetteries, traitement....

 

En savoir plus : Observatoire savoyard de l'environnement - bilan 2015 de la thématique déchets.

 

Mise en ligne : 27 février 2017

Le bilan de la qualité de l'air en Savoie

Ouvrir en grand

Véritable état des lieux de l'environnement en Savoie depuis 1994, l'observatoire savoyard de l'environnement vous propose un suivi annuel d'un certain nombre d'indicateurs et des dossiers d'actualités sur les thèmes des déchets, du climat, de l'air, de l'énergie, de l'eau et de la gestion de l'espace.

 

Vous pouvez retrouver la synthèse départementale de l'année 2015 pour la qualité de l'air : présentation des données du réseau de surveillance et des principaux polluants.

 

En savoir plus : Observatoire savoyard de l'environnement - bilan 2015 de la qualité de l'air.

 

Mise en ligne : 3 mars 2017

Le compostage individuel

Ouvrir en grand

Presque toutes les collectivités savoyardes ont mis en place la distribution de composteurs individuels.

1 324 composteurs individuels ont ainsi été distribués en 2015 en Savoie.

 

Certaines collectivités ont également mis en œuvre des opérations de compostage collectif : composteurs collectifs en pied d’immeuble, essais et mise en place dans des écoles, collèges…



Les biodéchets (déchets de cuisine, déchets verts) constituent environ 30% de la poubelle d'un ménage. Une gestion préventive permet d'éviter leur incinération.

 

En savoir plus : bilan du compostage individuel et collectif en Savoie en 2015

 

Mise à jour : 27 février 2017

L'indice ATMO

Ouvrir en grand

 

Cet indicateur permet d'avoir une information simple et rapide sur la qualité de l'air.

Il est calculé chaque jour un sous indice pour les 4 polluants principaux (le SO2, le NO2, l'O3 et les PM10) et c'est le sous indice le plus défavorable qui donne l'indice du jour. Celui-ci varie de 1 (qualité de l'air très bonne) à 10 (qualité de l'air très mauvaise).

 

En savoir plus : évolution de l'indice ATMO de 2005 à 2015

 

Mise en ligne : 27 février 2017

Sécheresse hivernale

Sécheresse : une situation inédite en Savoie

 

La Savoie est placée en vigilance concernant les eaux superficielles et souterraines. En dépit des précipitations relevées en Savoie en ce début du mois de février, le département a été placé en vigilance concernant les eaux superficielles et souterraines depuis le 5 janvier 2017.

Cette décision appelle une utilisation parcimonieuse de l’eau et reste en vigueur malgré les derniers épisodes pluvieux bénéfiques, qui devront perdurer pour avoir un effet significatif de recharge des nappes phréatiques.

 

En savoir plus : Portail de l'Etat en Savoie - actualités

 

Mise en ligne : 23 février 2017

Un nouveau site internet

Ouvrir en grand

Pour découvrir la réserve naturelle régionale de la tourbière des Saisies - Beaufortain - Val d'Arly

 

Située au col des Saisies, entre le massif du Beaufortain et la vallée de l'Arly, la réserve naturelle régionale de la tourbière des Saisies - Beaufortain - Val d'Arly occupe une surface de près de 300 ha.

 

Ce nouveau site internet vous permettra :

  • de découvrir les particularités de cette tourbière,
  • mais également de mieux connaître le fonctionnement de la réserve naturelle, co-gérée par le SIVOM des Saisies et l'ONF,
  • et enfin, d'accéder à toutes les activités et animations proposées.

 

En savoir plus : réserve naturelle régionale de la tourbière des Saisies-Beaufortain-Val d'Arly.

 

 

Mise en ligne : 21 février 2017

Le conservatoire des espaces naturels de Savoie

Ouvrir en grand

Connaître, animer, protéger, gérer et sensibiliser !


Découvrez en images les missions de cet acteur incontournable, au service de la biodiversité savoyarde depuis plus de 20 ans.

 

En savoir plus : CEN Savoie - film de présentation

 

Mise à jour : 25 janvier 2017

285 communes en Savoie en 2017

Depuis le 1er janvier 2017, 3 nouvelles communes ont été créées en Savoie :

  • Courchevel réunit les communes de La Perrière et de Saint-Bon-Tarentaise.
  • Saint-François-Longchamp : Montaimont, Mongellafrey et Saint-François-Longchamp.
  • Val-Cenis : Bramans, Lanslebourg-Mont-Cenis, Lanslevillard,Sollières-Sardières et Termignon.

 

La Savoie compte désormais 285 communes.

 

A noter :

Au 1er janvier 2016, 5 communes nouvelles avaient déjà été créées :

  • Entrelacs, réunissant les 6 communes de l'Albanais, Albens, Cessens, Epersy, Mognard, Saint-Germain-la-Chambotte et Saint-Girod.
  • Les Belleville : Saint-Martin-de-Belleville et Villarlurin.
  • La Plagne Tarentaise : Bellentre, La Côte d'Aime, Macôt-la-Plagne et Valezan.
  • Aime-La-Plagne : Aime, Granier et Montgirod.
  • Salins-Fontaine : Fontaine-le-Puits et Salins-les-Thermes.

 

Au 1er janvier 2015, création de la commune de Saint-Offenge, regroupant Saint-Offenge-dessus et Saint-Offenge-dessous.

 

En savoir plus : Observatoire des territoires - fiches communales.

 

Mise à jour : 4 janvier 2017.

Territoire zéro déchet, zéro gaspillage pays de Savoie

Ouvrir en grand

En pays de Savoie, rien ne se perd, tout s'emploie


Lancé en juillet 2015, pour une durée de 3 ans, le territoire zéro déchet, zéro gaspillage pays de Savoie regroupe Chambéry métropole, la Communauté d’agglomération d’Annecy (C2A), la Communauté d’agglomération du lac du Bourget (Grand lac) et le Syndicat mixte interdépartemental de traitement des ordures de l’Albanais (SITOA).

Il est le seul territoire zéro déchet, zéro gaspillage constitué de plusieurs territoires.

 

L’objectif est de faire bénéficier et de bénéficier de l’expérience de chacune pour diffuser les bonnes pratiques, valoriser les acteurs, solutions et projets existants, co-construire des projets communs à 2, 3 ou 4 structures et accueillir des projets pilotes pouvant bénéficier à toutes.

 

Il se construit autour de quatre axes :

  • initier une démarche d’économie circulaire cohérente*,
  • contribuer aux objectifs du projet de plan national de réduction et de valorisation des déchets 2014-2020,
  • valoriser les acteurs et projets de tout le territoire,
  • coordonner le projet via une gouvernance participative des acteurs (institutions, citoyens, entreprises, associations). Des groupes de travail thématiques sont ainsi ouverts à tous.

 

La coordination et l’animation de ce projet ont été confiées au CRITT (Centre régional d’innovation et de transfert de technologie).

 

*Définition : l'économie circulaire est un concept économique, dont l'objectif est de produire des biens et des services tout en limitant la consommation et le gaspillage des matières premières, de l'eau et des sources d'énergie.


En savoir plus sur la démarche : "territoire zéro déchet, zéro gaspillage pays de Savoie"

 

Mise à jour : 30 novembre 2016

Observatoire savoyard du changement climatique

Ouvrir en grand

L’observatoire savoyard du changement climatique vous propose le bilan hydrique 2015-2016.

 

Vous pourrez également retrouver sur le site de l'observatoire : le bilan climatique du printemps et de l'été 2016, un bilan de l'enneigement 2015/2016, ainsi que de nombreuses autres notes vous offrant un panorama complet de l'évolution climatique dans les Alpes du nord.

 

En savoir plus : les notes de l'Observatoire savoyard du changement climatique.

 

Mise en ligne : 3 novembre 2016

Le sud du lac du Bourget comme si vous y étiez !

Ouvrir en grand

Le CEN Savoie vous propose une visite virtuelle du sud du lac du Bourget et vous permet de découvrir des endroits inaccessibles :

  • la roselière sur le site des Mottets,
  • le site des platières,
  • autour de l'étang des Aigrettes,
  • les rives du sud du lac, embouchure de la Leysse.

 

Bonne visite : CEN Savoie - visite virtuelle

 

Mise  en ligne : 14 octobre 2016

Observatoire des déplacements

Ouvrir en grand

Dans le cadre de l'exercice de sa compétence transport, le Département de la Savoie s'est doté dès 2004 d'un observatoire des déplacements avec pour objectifs :

  • d'améliorer les connaissances sur la mobilité,
  • de rendre compte de l'évolution des déplacements sur le territoire,
  • de fournir des outils de mesures sur la façon dont les politiques locales menées en faveur d'une mobilité durable contribuent à l'évolution des comportements.

 

La nouvelle version en ligne analyse les dernières tendances observées en matière de déplacement en Savoie en 2014.

Le prix de l'eau en Savoie

Ouvrir en grand

En 2015, le prix moyen départemental du service eau (eau potable, assainissement, taxes et redevances) est de 3,87 euros/m3. Il se décompose de la manière suivante :

  • eau potable : 1,61 euros/m3,
  • assainissement : 1,57 euros/m3,
  • taxes et redevances : 0,69 euros/m3.

 

La facture d’eau payée par l’abonné comprend :

  • la part eau potable, composée d’un terme proportionnel à la consommation et, éventuellement, d’un terme fixe ;
  • la part assainissement collectif (uniquement pour les abonnés reliés à un réseau de collecte des eaux usées), composée elle-aussi d’un terme proportionnel à la consommation d’eau et, éventuellement, d’un terme fixe ;
  • la part organismes publics qui comprend la TVA et les redevances prélevées pour le compte de l’Agence de l’eau (variables selon les collectivités).

 

Pour en savoir plus et retrouver le détail du prix par collectivité et par service gestionnaire ainsi que son évolution depuis 1995 : prix de l'eau 2015 - Observatoire savoyard de l'environnement.

 

Mise à jour : 28/04/2016

Cartographie des cours d'eau

Ouvrir en grand

Une cartographie des cours d’eau, dans le département de la Savoie, a été établie par la DDT73.

Disponible sur l'observatoire des territoires, cette cartographie a pour vocation d’identifier les écoulements classés comme cours d’eau en ce qui concerne la loi sur l’eau.

 

En savoir plus : identification des cours d'eau en Savoie.

Drias, les futurs du climat

Ouvrir en grand

Le projet DRIAS : Donner accès aux scénarios climatiques Régionalisés français pour l’Impact et l’Adaptation de nos Sociétés et environnement

 

Initié en 2009 et inscrit au Plan national d’adaptation au changement climatique, le projet DRIAS permet à tous les acteurs concernés par l’adaptation au changement climatique (collectivités territoriales, services de l’Etat, bureaux d’études, entreprises…) de consulter et obtenir aisément les données et produits issus des modèles numériques de simulation climatique.

 

Le portail a été développé par Météo-France en collaboration avec les laboratoires français (IPSL, CERFACS, CNRM-GAME).

 

En savoir plus : DRIAS, les futurs du climat.

Observatoire de la biodiversité de Savoie

Ouvrir en grand

Quels animaux, quelles fleurs ont été observés sur ma commune, par quels acteurs? Sont-ils protégés ? Où puis-je observer cette espèce en Savoie ? C’est à ces questions simples que l'Observatoire de la biodiversité de Savoie va vous permettre de répondre.

 

21 partenaires ont décidé de mettre en commun leurs observations naturalistes pour rendre compte de la connaissance du patrimoine naturel sur le département.

 

Faune et flore confondues, début 2015, plus de 712 000 observations sont déjà rassemblées pour près de 5 200 espèces recensées, ce qui représente environ 129 000 prospections.

 

Cette mutualisation permet en outre d’identifier les espaces peu inventoriés en vue d'améliorer la connaissance générale savoyarde, de définir des indicateurs communs de suivi de l’état de la biodiversité, de confronter et de mutualiser les enjeux de préservation.

Comité météorologique de la Savoie

Ouvrir en grand

Le Comité météorologique départemental a été créé en 2009 afin de rassembler l’ensemble des acteurs de la météorologie et de la climatologie en Savoie.


Ce nouveau site internet, ouvert début 2015, présente les activités du Comité, détaille les actions engagées ou projetées, propose une cartographie d’une partie des stations de mesures déployées sur le département de la Savoie et met à disposition de nombreux bulletins climatiques.


En savoir plus : http://www.cmd-savoie.org/

Observatoire photographique de paysages en Savoie

Ouvrir en grand

Mis en ligne par le CAUE de Savoie, avec le soutien de la DREAL Rhône-Alpes, l’Observatoire photographique de paysages en Savoie propose, dans un premier temps, un aperçu général des paysages en Savoie.

 

Dans un second temps, il présentera une sélection d’une quarantaine de paysages destinés à être rephotographiés et réanalysés annuellement. Quelques exemples de couples rétrospectifs de photos de paysages en Savoie, notamment empruntés à l’exposition "Vanoise, miroirs du temps", portée en 2009 par le Parc national de la Vanoise et réalisée par le CAUE, sont d’ores et déjà disponibles.

 

Enfin, il renvoie vers d’autres observatoires photographiques de paysages qui, du fait de leur ancienneté, peuvent montrer quelques séries photographiques avancées.

 

En savoir plus : Observatoire photographique de paysages en Savoie

Observatoire photographique des paysages de Vanoise

Ouvrir en grand

L'Observatoire photographique des paysages de Vanoise, mis en place en 2005 par le Parc national de la Vanoise, est constitué d'un ensemble de photographies initiales, pour partie récentes, pour partie anciennes, qui sont reconduites "à l'identique " à intervalles de temps réguliers. Le pas de temps varie, selon les photos, entre 1 et 5 ans.

L'objectif à long terme est de suivre l'évolution des paysages de Vanoise.

 

En savoir plus sur l'observatoire photographique des paysages de Vanoise.

Le SISARC

Ouvrir en grand

Le SISARC (Syndicat mixte de l'Isère et de l'Arc en Combe de Savoie) :

 

  • assure la gestion des digues de l’Isère et de l’Arc, en, lien avec l’Etat propriétaire de ces ouvrages,

 

  • fédère les collectivités locales pour la mise en œuvre des actions de prévention des risques d’inondation sur la Combe de Savoie,

 

  • est la structure porteuse des PAPI, contractualisés avec l’Etat.


Pour en savoir plus sur le SISARC, ses compétences et ses actions ainsi que sur l’Isère et l’Arc en Combe de Savoie : http://www.sisarc.fr/

Qualité de l'eau de distribution en Rhône-Alpes

Dans le cadre de ses missions, l'ARS Auvergne Rhône-Alpes réalise périodiquement des synthèses sur la qualité de l'eau destinée à la consommation humaine à l'échelle régionale.

 

Bilan 2010-2012 par département

Les bilans 2010-2012 ont été établis par département et se présentent sous la forme de fiches thématiques, accompagnées de représentations cartographiques.

 

La qualité de l’eau distribuée dans votre commune

Dans le cadre de l'information des usagers sur la qualité de l'eau potable,  l'ARS établit une fiche de synthèse annuelle, accessible par département et par commune, qui présente  pour toute unité de distribution (UDI), les caractéristiques de l'eau distribuée (origine, protection, qualité, conformité réglementaire...).


En savoir plus : ARS Auvergne Rhône-Alpes

Manifestations responsables

Ouvrir en grand

Le Département de la Savoie propose 4 outils pratiques à destination de tout organisateur souhaitant mettre en place une manifestation responsable.

  • un livret "conseil et bonnes pratiques pour une manifestation responsable en Savoie".
  • une fiche thématique présentant des actions concrètes pour gérer au mieux les déchets d'une manifestation.
  • une fiche retour d'expériences sur les Estivales en Savoie.
  • un annuaire de ressources.

Ces outils sont valables aussi bien pour une manifestation culturelle, sportive ou autre.

 

La DDCSPP et le CDOSS attribuent un label savoyard pour les manifestations sportives "Manifestations sportives développement durable". Dans le cadre de ce dispositif, un "pack éco-événement 73" est mis à disposition (matériels pour l'organisation de la manifestation).

 

En savoir plus : "Manifestations responsables : outils pratiques" - site du Département de la Savoie.

Transition énergétique : passez à l’action !

Ouvrir en grand



Le pôle Collectivités et territoires de l’ASDER se mobilise aux côtés des collectivités pour promouvoir la sobriété et l’efficacité énergétiques ainsi que les énergies renouvelables avec des solutions d’accompagnement, de conseil et un appui technique.


Le catalogue "Transition énergétique, passez à l’action" propose aux collectivités un ensemble de fiches actions afin de :

  • Planifier et structurer ses actions,
  • Consommer moins et produire localement l’énergie,
  • Mobiliser pour la transition énergétique.

 

En savoir plus : ASDER - catalogue d'actions pour les collectivités

Guichet unique "maîtrise de l’énergie"

Le guichet unique concerne :

  • les installations de systèmes utilisant une source d’énergie renouvelable dont la finalité est la production de chaleur ou d’eau chaude sanitaire (solaire, bois),
  • les opérations concernant des travaux d’efficacité énergétique conférant à un bâtiment existant un niveau de performance énergétique de haute qualité.

 

En 2014, ce sont 1 230 logements qui ont été rénovés.


En 2015, un nouveau service est proposé aux particuliers afin qu'ils bénéficient directement du dispositif de valorisation des certificats d'économies d'énergie : la plateforme départementale de valorisation des certificats d'économies d'énergie.

 

En savoir plus : Guichet unique - Département de la Savoie


Changement climatique dans les Alpes

Ouvrir en grand

 

Le changement climatique dans les Alpes…

Ça se réchauffe ?

Faut-il s’en inquiéter ?

Qu’est-ce que ça change ?

Alors on fait quoi ?

 

Des acteurs alpins du changement climatique se mobilisent à travers le réseau Educ'Alpes (ex REEMA) pour sensibiliser sur un sujet d’actualité à travers un dépliant-poster grand public
« changement climatique - c’est chaud pour les Alpes ».

 

Téléchargez le dépliant-poster sous format pdf.

 

Accédez au site internet dédié du réseau Educ'Alpes.

Déchets dangereux

Ouvrir en grand

Les "déchets dangereux" sont des déchets dont la composition présente des éléments toxiques comme les métaux lourds, les hydrocarbures, les solvants…

Ils engendrent des conséquences immédiates ou différées sur l’environnement et/ou sur la santé et nécessitent des conditions de gestion et de traitement spécifique.


Ce type de déchets concerne aussi bien les particuliers que les entreprises.


Comment les reconnaître ? Comment les éliminer ?


La Région Rhône-Alpes a développé des outils en ligne dont l'objectif est à la fois de sensibiliser, de faire comprendre et de fournir toutes les informations utiles à la prévention de ces déchets.

Découvrez le site dédié au grand public

Découvrez le site dédié aux entreprises

De l'air dans nos idées reçues!

Ouvrir en grand

Air Rhône-Alpes propose une série de spots de sensibilisation qui balayent plusieurs idées reçues en matière de qualité de l’air.

Ces films s'inscrivent dans le cadre d'une campagne de communication soutenue par la Direction régionale Rhône-Alpes de l'ADEME et le réseau IERA.

 

Retrouvez les 4 épisodes de la série sur les thèmes suivants :

  • Mes déplacements
  • Mon chauffage au bois
  • Dans mon jardin
  • La qualité de l'air intérieur

En savoir plus : delair.air-rhonealpes.fr

www.savoie-route.fr

Ouvrir en grand

Créé à l’initiative du Conseil général et de la Direction interdépartementale des routes Centre Est, le nouveau site internet d’information routière www.savoie-route.fr est désormais opérationnel.


Il s’agit d’un nouveau site internet bilingue répondant aux normes actuelles, consultable depuis les smartphones et les tablettes et permettant de diffuser aux usagers de l’information en temps réel sur les conditions de circulation sur les routes de Savoie.

 

Accidents, bouchons, obstacles, fermeture de routes, ouverture des cols, activation d’aires de chaînage, barrières de dégel, manifestations et chantiers sont autant d’informations que les usagers seront à même de consulter.

 

Positionnées sur un fond cartographique dynamique, les informations fournies en temps réel sont ainsi aisément consultables et, en cas d’événements majeurs survenant sur le réseau, un système de flash info permet de diffuser des communiqués ciblés.

 

Autres nouveautés : le site diffuse chaque jour d’hiver des informations sur les conditions météo-routières et permet de signaler les mesures de réduction de vitesse adoptées en cas de pollution atmosphérique.

 

En savoir plus : www.savoie-route.fr

Espaces naturels sensibles en Savoie

Ouvrir en grand

Les périmètres de préemption en ENS

A quoi sert un périmètre de préemption en ENS ?

L’instauration de périmètres de préemption permet de mettre en place, de manière anticipée et partagée entre les structures compétentes, une stratégie de maîtrise foncière intégrant la préservation des zones naturelles de qualité.

 

Que se passe-t-il lorsqu’une parcelle appartient au périmètre de préemption ?

Lorsque le propriétaire de cette parcelle souhaite la vendre, le notaire doit obligatoirement en informer le Département, titulaire du droit de préemption.
En cas de renonciation du Département, le Conservatoire du littoral s’il est territorialement compétent (cas des communes situées autour du lac du Bourget) et/ou la commune concernée peuvent alors exercer leur droit de préemption par substitution.
Ce n’est qu’une fois cette procédure appliquée que la vente peut avoir lieu, soit au terme d’une durée maximale de 3 mois.

A ce jour, sur le département de la Savoie, 14 communes ont demandé l’instauration d’un périmètre de préemption en ENS dont 11 communes situées autour du lac du Bourget : Bourdeau, Brison-Saint-Innocent, Chanaz, Chindrieux, Conjux, La Chapelle-du-Mont-du-Chat, Ontex, Saint-Germain-la-Chambotte, Saint-Pierre-de-Curtille, Tresserve et Viviers-du-Lac.
Les 3 autres communes sont : La Thuile, Saint-Christophe-la-Grotte et Les Marches.

 

En savoir plus : télécharger la fiche : « stratégie foncière et espaces naturels sensibles ».

L'agence écomobilité

Ouvrir en grand

Qui est-elle ?

L'Agence écomobilité (Association départementale de développement et de promotion des modes doux de déplacements ou alternatives à la voiture individuelle) a été créée en 2001 sur l’idée d’une association chambérienne, Roue Libre, pour gérer, à la demande de Chambéry métropole, la Vélostation située en gare de Chambéry.

Elle a ensuite vu au fil du temps ses compétences s’élargir puisqu’elle a été chargée par la Communauté d’agglomération de développer et de mettre en oeuvre les Plans de mobilité (PDES, PDE) et de gérer, en liaison avec la Stac, la Centrale de Mobilité, Mobil’s Conseils.


Elle s’adresse à tous les publics : élus, enseignants, salariés, chefs d’entreprises, agents de développement, DRH, élèves, étudiants, parents d’élèves, grand public.


Son rôle

  • être une force d’actions pour modifier les comportements en matière de déplacements (sensibilisation, information, communication) ;
  • être une force de propositions pour une meilleure adaptation de l’offre en matière de déplacements alternatifs à la voiture individuelle ;
  • accompagner toutes les phases de déroulement d’un projet en matière de mobilité.

Ses missions

L’Agence écomobilité favorise, encourage, diffuse, aide à lancer ou à organiser :

  • de nouveaux outils et modes de déplacement ;
  • de nouvelles approches de l’usage de moyens de transports existants tels qu’ils sont notamment prévus dans les PDU ;
  • la mise en place et la gestion de la Vélostation (location, gardiennage de vélos, marquage, contrôles techniques) située en gare de Chambéry et constituée d’un parc de 350 vélos ville, 20 VAE et 25 vélos enfants,
  • la promotion et la mise en œuvre :
    • des PDE en direction des employeurs et des salariés publics et privés ;
    • des PDES ;
    • de la centrale de mobilité ;
    • du covoiturage,
  • l’éducation et la sensibilisation à la mobilité par le biais d’outils pédagogiques, ludiques et interactifs qu’elle met au point.

Constituée de 15 salariés, l’Agence écomobilité œuvre à l’échelle départementale. Elle est sous convention avec Chambéry métropole, son principal partenaire, et travaille également en étroite liaison avec la Région Rhône-Alpes.

La politique française de prévention des risques

La politique française de prévention des risques repose sur 7 piliers :

  • la connaissance ;
  • la surveillance et l’alerte ;
  • l’information préventive des populations ;
  • la prise en compte des risques dans l’aménagement et l’urbanisme, au travers des PPRN, PPRT et PPRM réalisés par les services de l’Etat ;
  • la réduction de la vulnérabilité ;
  • la préparation de la gestion de crise ;
  • le retour d’expérience.

 

en savoir plus sur le site du Ministère de l'Ecologie

Les îlots de vieux arbres

Les îlots de vieux arbres sont de 2 catégories :

  • Les îlots de vieillissement sont de petits peuplements qui dépassent l'âge optimal d'exploitabilité. Ils seront récoltés avant toute dépréciation économique.
  • Les îlots de sénescence sont laissés en libre évolution jusqu'à la mort et le pourrissement des arbres.

 

En Savoie, début 2016, les îlots de vieux arbres représentent une surface totale de 1 404 ha :

  • 1 351 ha pour les îlots de sénescence ;
  • 53 ha pour les îlots de vieillissement.

Source : ONF

La réforme de la surface de plancher

La réforme de la surface de plancher, adoptée par ordonnance n° 2011-1539 du 16 novembre 2011, entre en vigueur à compter du 1er mars 2012.

La surface unique dite "surface de plancher" se substitue à la fois, à la surface hors œuvre brute (SHOB) et à la surface hors œuvre nette (SHON), devenues au fil du temps complexes et obsolètes. Cette nouvelle surface de référence est un élément de simplification et de clarification pour tous les usagers.

Elle favorise :

  • les constructions respectueuses des normes relatives au développement durable ;
  • la densité, et permet ainsi de lutter contre la consommation de foncier, bien rare et non reproductible.

En savoir plus.

La cistude d'Europe

Ouvrir en grand

Espèce prioritaire pour l’Union Européenne, la cistude a disparu de nombreuses régions d’Europe suite à la dégradation de ses habitats et un fort prélèvement par l’homme (consommation au Moyen-âge, noyades dans les nasses dans le Rhône jusqu’aux années 1970, destruction d’habitats).


En Savoie, l’espèce fait l’objet d’un important programme de réintroduction depuis 2000, mené par le CEN Savoie. Le lac du Bourget et la Chautagne constituent son principal site d’accueil avec une centaine d’individus.


Grâce à l’appui de parcs zoologiques permettant de fournir près d’une centaine d’animaux par an, les deux derniers noyaux de populations existants ont été renforcés en 2013 (62 cistudes relâchées en Chautagne) et d’autres seront créés dans la décennie qui vient sur des sites ayant bénéficié de travaux de restauration et ainsi rendus propices à l’épanouissement de cette espèce.


La sensibilisation des acteurs et usagers du lac constitue également un enjeu important, notamment dans le cadre de la lutte contre la tortue de Floride (à tempes rouges), espèce exotique qui envahit la niche écologique de la cistude d’Europe, ainsi qu’envers le monde de la pêche.

Photo : Manuel Bouron - CEN Savoie


En savoir plus : la réintroduction de la tortue Cistude en Savoie (source : CEN Savoie).

La lutte contre les plantes exotiques envahissantes

Ouvrir en grand

En Savoie, la présence d'espèces exotiques concurrence les espèces autochtones. Ainsi, des espèces végétales colonisent les talus, les chantiers ou les berges des cours d'eau. La lutte contre ces espèces passe par l'interdiction de leur introduction et des actions visant à maîtriser leur propagation.

 

Le Département de la Savoie développe depuis 2005 une vigilance particulière contre les plantes exotiques envahissantes, notamment dans la gestion de son domaine public (bords de routes, bases de loisirs…).

4 espèces végétales sont plus particulièrement ciblées en raison de leur niveau d'expansion actuel et de leurs impacts sur la biodiversité :

 

  • L'ambroisie à feuilles d'armoise est une plante invasive dont le pollen émis en fin d’été est particulièrement allergène et allergisant par contacts répétés.


Elle colonise de préférence les terrains laissés nus (talus routiers et ferroviaires, chantiers, champs…). Avec des graines restant viables dans le sol jusqu’à quarante ans, son invasion pose aujourd’hui un véritable problème de santé publique, plus spécialement en Rhône-Alpes où elle est maintenant fortement implantée. Quelques grains de pollen d’ambroisie par mètre cube d'air sont suffisants pour que des symptômes apparaissent chez les sujets sensibles : rhinite survenant en août-septembre et associant écoulement nasal, conjonctivite, symptômes respiratoires tels que la trachéite, la toux, et parfois urticaire ou eczéma.

L’arrêté préfectoral du 23 mai 2007 rend obligatoire pour tous la lutte et la prévention contre cette espèce, depuis les gestionnaires publics jusqu’aux simples particuliers. En effet, comme pour toutes les espèces invasives, l’efficacité des actions de lutte dépend entièrement de l’investissement collectif de tous, chacun à son niveau de responsabilité. C’est pourquoi un comité départemental de lutte contre l’ambroisie a été créé en Savoie le 15 mars 2013. Piloté par la Préfecture, il a pour but d’informer les principaux gestionnaires (communes, monde agricole et gestionnaires d’infrastructures linéaires) et d’organiser leurs actions à tous les niveaux.

 

En savoir plus :

Observatoire de l’ambroisie

ARS Rhône-Alpes

Air Rhône-Alpes

Signalement ambroisie

 

  • Le chancre coloré du platane est un champignon qui s’attaque spécifiquement aux platanes en bloquant ses canaux de sèves, ce qui dessèche l’arbre jusqu’à son dépérissement complet en 3 à 5 ans. Il n’existe aucun remède contre ce parasite qui se transmet par l’air, l’eau et la terre, d’où l’importance des mesures de prévention.
    L’arrêté préfectoral du 14 février 2008 rend obligatoire la lutte et la prévention contre cette espèce.


  • La renouée du Japon se développe rapidement en massifs impénétrables atteignant 3 mètres de haut sur les berges, zones humides, talus routiers et ferroviaires, étouffant toute autre présence végétale. L’homme est son principal vecteur de propagation, d’autant qu’un seul centimètre de rhizome suffit à la réimplanter sur de nouveaux sites !

 

  • La berce géante du Caucase est la plus grande herbacée d'Europe, atteignant jusqu’à 5 mètres de hauteur. Appréciant les milieux d’altitude, cette belle plante ornementale n’en est pas moins dangereuse pour les écosystèmes avec une production moyenne de 20 000 graines par pied, mais aussi pour l’homme, car elle contient de la furocoumarine, une substance toxique qui peut provoquer de graves brûlures cutanées.

 

En savoir plus : les fiches infos pratiques et les vidéos du Conseil départemental

Visualisation des câbles aériens

Les infrastructures nécessaires à la pratique du ski comportent de nombreux câbles aériens (remontées mécaniques, lignes électriques, câbles de transports d’explosifs) et des pylônes qui peuvent être à l’origine d’une mortalité importante chez certaines espèces d’oiseaux par collision ou électrocution. Les plus touchées sont les espèces de taille relativement importante comme les rapaces (Gypaète barbu, Aigle royal, Grand Duc d’Europe …), et surtout les galliformes (Tétra-lyre, Lagopède et Perdrix bartavelle).

 

Afin de remédier à cela, un programme d’inventaire et de visualisation des câbles aériens dangereux pour les oiseaux de montagne a été initié en 1997 par l’Observatoire des galliformes de montagne (OGM).

Le Parc national de la Vanoise, partenaire de l’OGM, participe activement à ce programme depuis une dizaine d’années pour ce qui concerne les stations de Haute-Maurienne et de Tarentaise, notamment pour la mise au point de nouveaux systèmes de visualisation des câbles et l’appui technique auprès de ces stations de ski.

En savoir plus : Observatoire savoyard de l'environnement - inventaire et visualisation des câbles aériens dangereux.

Les listes rouges

Le comité français de l’UICN et le Muséum national d’histoire naturelle se sont associés pour réaliser la Liste rouge des espèces menacées en France. Déclinée par taxons et zones géographiques, elle définit les différents degrés de menace qui pèsent sur les espèces et constitue un outil essentiel de suivi et d'aide à la décision.

En savoir plus : comité français de l'UICN

 

L'UICN définit également la méthode d'élaboration de listes régionales. En Rhône-Alpes, il existe:

  • une liste rouge des vertébrés terrestres établie par le CORA faune sauvage;
  • une liste rouge des libellules réalisée par le groupe de recherche et de protection des libellules "Sympetrum";
  • une liste rouge de la flore.

Il existe également une liste des poissons du bassin Rhône-Méditerranée.

En savoir plus : biodiversité en Rhône-Alpes

La trame verte et bleue

Ouvrir en grand

La trame verte et bleue est un outil d’aménagement du territoire issu du Grenelle de l'environnement. Elle vise à (re)constituer un réseau écologique cohérent, à l’échelle nationale. Elle doit permettre :

  • aux espèces animales et végétales de circuler, de s’alimenter, de se reproduire, de se reposer... En d’autres termes, d’assurer leur pérennité ;

 

  • aux écosystèmes de continuer à rendre leurs multiples services à l’homme (pollinisation et donc alimentation, régulation contre les crues, espaces naturels de loisirs et d’agrément…).

 

La trame verte et bleue est constituée de continuités terrestres et aquatiques, qui regroupent les zones vitales, les réservoirs de biodiversité, et les espaces qui les relient, les corridors écologiques.

En savoir plus:

Centre de ressources sur la trame verte et bleue

Site du ministère de l'environnement, de l'écologie et de la mer : trame verte et bleue

 

La trame verte et bleue est identifiée au travers de démarches de planification ou de projet à chaque échelle de territoire :

- dans les plans locaux d'urbanisme (PLU) des communes ;

-dans les schémas de cohérence territoriale (SCOT) ;

 

Plus localement en Savoie, un contrat de "corridors biologiques" Bauges-Chartreuse-Belledonne est en cours pour gérer et restaurer les connexions entre ces 3 massifs. Il est cofinancé par la Région, l'Agence de l'eau, le FEDER et 15 maîtres d'ouvrage locaux.

En savoir plus : Métropole Savoie : les contrats de corridors biologiques.

 

Au niveau régional, le SRCE identifie les composantes de la trame verte et bleue à l'échelle du 1/100 000ème ainsi que la stratégie et les mesures permettant sa préservation ou sa restauration. Les PLU et les SCOT doivent prendre en compte le SRCE.

Le SRCE de Rhône-Alpes a été adopté par arrêté préfectoral du 16/07/2014.

En savoir plus

Les différentes pratiques agricoles

On distingue de nombreuses pratiques agricoles différentes. On parle notamment de l'agriculture :

 

  • intensive, où l’on optimise la production par rapport à la surface ;

 

  • raisonnée, où l’agriculteur gère son exploitation de manière durable, maîtrise la gestion des intrants et des effluents et tend à en diminuer l’utilisation ;

 

  • intégrée, où l’agriculteur produit des aliments de qualité en utilisant des moyens naturels et des mécanismes régulateurs proches de ceux qui existent dans la nature ;

 

  • biologique qui gère la production de façon globale, ne favorisant que les activités biologiques.

Les cultures dérobées polliniques

Ouvrir en grand

Le Groupement des apiculteurs professionnels de Savoie conduit une action en lien avec les agriculteurs pour la mise en place de cultures dérobées polliniques qui a un intérêt pour les apiculteurs et les agriculteurs.

Il s'agit d'un couvert de plusieurs espèces à fort potentiel de production de pollen et de nectar (moutarde, phacélie, vesce, avoine, tournesol), semé en juillet après la culture principale de l'année permettant d'obtenir une parcelle fleurie de fin août à l'entrée de l'hiver.

Les intérêts des cultures dérobées polliniques sont :

  • agronomiques,
  • apicoles,
  • cynégétiques,
  • paysagers.

Les chalets d'alpage

Les dispositions de l’article L 145.3.I du Code de l’urbanisme permettent la restauration ou la reconstruction d’anciens chalets d’alpage, dans un objectif de protection et de mise en valeur du patrimoine montagnard.

 

Ces autorisations sont accordées par arrêté préfectoral, après avis de la commission départementale de la nature, des paysages et des sites (CDNPS), les dossiers déposés étant essentiellement liés à des changements de destination (projets résidentiels).

 

Entre 1995 et 2014, la commission des sites de Savoie a ainsi examiné 1008 dossiers et a rendu 643 avis favorables.

 

La présence d'hébergements en altitude conditionne la qualité de conduite des troupeaux en alpage, leur surveillance rendue indispensable du fait de la présence des prédateurs. Elle autorise la transformation laitière en alpage qui symbolise l’activité pastorale.

SRCAE et PCET

La loi Grenelle 2 instaure les SRCAE et prévoit l’élaboration d’un PCET pour les collectivités de plus de 50 000 habitants, les départements et les régions.

  • Le SRCAE décline, à l'échelle du territoire régional, à l'horizon 2020, les objectifs nationaux des 3x20. Il définit également les orientations qu’il convient de prendre afin d’atteindre ces objectifs. Le SRCAE Rhône-Alpes a retenu les objectifs suivants :

Les objectifs du SRCAE Rhône-Alpes
Source : SRCAE Rhône-AlpesSource : SRCAE Rhône-Alpes



Ce document a été approuvé par arrêté du 24 avril 2014.

La pluriactivité chez les agriculteurs

36% des exploitants ou co-exploitants savoyards sont pluriactifs.

 

La pluriactivité est pleinement intégrée au système des exploitations agricoles de montagne. Déjà présente lors de l'industrialisation des vallées, avec les "ouvriers-paysans" qui poursuivent leur activité agricole tout en travaillant à l'usine, elle perdure avec le développement des stations de ski et plus généralement du tourisme en montagne.

 

La pluriactivité est favorable au maintien du tissu rural et d'une activité agricole.

L'effet de serre "additionnel"

Les scientifiques du GIEC en sont convaincus : l’augmentation des émissions de GES due aux activités humaines est l’une des principales causes des changements climatiques.


Le protocole de Kyoto signé en 1997 et ratifié par 168 pays en 2010 vise à réduire les émissions des 6 principaux GES (hors vapeur d’eau) :

  • le dioxyde de carbone (CO2) ;
  • le méthane (CH4) ;
  • le protoxyde d’azote (N2O) ;
  • les hydrofluorocarbures (HFC) ;
  • les hydrocarbures perfluorés (PFC) ;
  • l’hexafluorure de soufre (SF6).

 

Comment comparer les effets de ces 6 gaz ? 

Le potentiel ou pouvoir de réchauffement global (PRG) est un indicateur qui vise à regrouper sous une seule valeur l'effet additionné de toutes les substances contribuant à l'accroissement de l'effet de serre.
Conventionnellement, on se limite pour l'instant aux gaz à effet de serre (GES) directs c'est-à-dire aux 6 gaz (CO2, CH4, N2O, CFC, HFC, SF6) pris en compte dans le protocole de Kyoto.
Cet indicateur est exprimé en "équivalent CO2". Par définition, l'effet de serre attribué au CO2 est fixé à 1 et celui des autres substances est calculé relativement à celui du CO2 (définition INSEE).

Pôle d'échanges multimodal de Chambéry

Le projet de pôle multimodal s’inscrit dans les démarches de PDU de Chambéry métropole. Son but est de favoriser le report modal vers les transports en commun, simplifier le passage d’un mode de transport à un autre (intermodalité) et accompagner le renouvellement des espaces publics. Le projet contient deux volets :

 

  • l’organisation d’une fonction multimodale majeure au cœur de la ville, autour de la gare de Chambéry,

  • le développement du réseau de transport, notamment les modes doux, et la mise en conformité des installations pour les personnes à mobilité réduite.

Mobi' Savoie

Ouvrir en grand

Inaugurée en 2009, la centrale de mobilité Mobi’Savoie est un outil d’aide aux déplacements :

  • elle centralise toutes les données des transports en commun circulant en Savoie : l’internaute peut alors faire des recherches d'itinéraires et d'horaires sur mesure ;
  • les perturbations et actualités des réseaux sont présentées ;
  • un système de vente en ligne dédié au réseau Belle Savoie Express (titres simples, allers-retours et abonnements) est proposé.
  • une plateforme de covoiturage est également disponible.

Les Etablissements publics fonciers locaux (EPFL)

Ouvrir en grand

Les EPFL apportent aux collectivités un appui opérationnel, stratégique et technique. Ils les assistent dans leurs acquisitions foncières et immobilières.

Sur la base de leur plan pluriannuel d’intervention (PPI), ils réalisent des acquisitions à la demande des collectivités, puis leur rétrocèdent le bien acquis selon des modalités définies à l’avance.


Ils permettent ainsi aux collectivités de répartir la charge foncière sur plusieurs années et de bénéficier de l’expertise de spécialistes du foncier et de la négociation.


En Rhône-Alpes, il existe 5 EPF :

  • l’EPORA, seul EPF d’Etat,
  • les EPFL de l’Ain, de la Savoie, de la Haute-Savoie et de la région grenobloise.

Aujourd’hui, plus de la moitié des communes sont adhérentes à l’un des cinq EPF présents sur le territoire régional, directement ou via un EPCI.

En savoir plus.

Les PAPI

Les PAPI financent des études et travaux destinés à réduire le risque d’inondation.

Quatre PAPI sont en œuvre en Savoie : Tarentaise, Maurienne, Combe de Savoie et bassin du lac du Bourget.

Une 1ère génération de PAPI a permis de réaliser (parmi d’autres) le bras de décharge de la Leysse en amont du parc technologique de Savoie Technolac, la plage de dépôt de l’Arvan à Saint-Jean-de-Maurienne, l’entretien du lit de l’Isère, l’entretien et le renforcement de digues (Gilly-sur-Isère, Tournon) en Combe de Savoie…

Les PAPI 2 (approuvés sur Tarentaise, Maurienne, lac du Bourget et en préparation sur la Combe de Savoie) permettront la poursuite des travaux.

Le pôle excellence Bois Savoie/Haute-Savoie

  • Objectif : créer un pôle de compétitivité sur le bois afin de positionner les pays de Savoie comme leader sur la filière bois au niveau Rhône-Alpes en intégrant la spécificité "montagne" du territoire ;

 

  • Moyens : favoriser les initiatives et les projets collectifs en s'appuyant sur le triptyque "Entreprises, formation, recherche et développement" ;

 

  • 2 thématiques : la filière "bois construction et éco-construction" et le "bois-énergie industrie". Le projet pourrait porter sur l'ouverture d'un centre de formation transversale à destination des entreprises de la construction.

 

  • Localisation : ancienne usine Salomon à Rumilly (74).

Bois Lab

Ouvrir en grand

"Le projet Bois Lab a pour but d'échanger des savoir-faire en matière de stratégies forestières (usages du bois construction, bois énergie, politiques forestières territoriales), tant en province de Turin qu'en Savoie.

Le Conseil général de la Savoie et la Province de Turin, porteurs du projet, favorisent les échanges entre les professionnels de ces territoires transfrontaliers, tout en renforçant le réseau de coopération pour la valorisation de l'usage des bois des Alpes."

Ce projet est programmé au titre de la coopération européenne France-Italie 2007-2013 et bénéficie donc du Fonds européen de développement régional (FEDER).

La CDNPS

Ouvrir en grand

Les réhabilitations ou reconstructions de chalets d’alpages et certains aménagements touristiques (UTN) en montagne et bordure de lac sont soumis à l’avis de la CDNPS en formation spécialisée des sites et paysages ou UTN.

 

 

Cette dernière formation a pour missions essentielles :

  • d’émettre des avis sur les projets relatifs aux classements et inscriptions de sites ;
  • d’émettre les avis prévus par le code de l’urbanisme, pour ce qui concerne notamment l'application des lois littoral et montagne ;
  • de veiller à l’évolution des paysages ;
  • être consultée sur les projets d’OGS et de GSF.

Des ZPPAUP aux AVAP

Ouvrir en grand

 

Les ZPPAUP et les AVAP découlent de projets communaux élaborés en lien avec l’ABF et se traduisent par une servitude d’utilité publique inscrite dans les PLU.

  • Principale différence de procédure : les AVAP sont soumises à une instance consultative et les servitudes de protection des monuments historiques sont suspendues uniquement dans le périmètre de l’AVAP.

 

Jusqu'au 14 juillet 2016 :

  • Les ZPPAUP approuvées restent des ZPPAUP ;
  • Les ZPPAUP à l’étude restent en procédure ZPPAUP si elles ont déjà fait l’objet d’une enquête publique au 13 juillet 2010 ;
  • Les ZPPAUP doivent se transformer en AVAP, si la commune souhaite poursuivre le périmètre de protection.

La RT 2012

La RT 2012 prévoit la mise en œuvre d’un programme de réduction de la consommation énergétique des bâtiments, plus gros consommateur d’énergie en France. 

L’objectif de consommation de 50 kWh/m2/an, valeur moyenne du label  "bâtiment basse consommation" (BBC), sera la référence dans la construction neuve à compter du 1er janvier 2013.

Les architectes conseillers de la Savoie

Dans le cadre des chartes architecturales et paysagères du CAUE, la plupart des communes ou communautés de communes de Savoie sont dotées d’un architecte conseiller mis à disposition gratuitement (co-financement communes et Département à 50%).

Lors de permanences locales, l'architecte conseiller assiste les particuliers ou les maîtres d’ouvrages professionnels sur leurs projets de construction en amont des autorisations d’urbanisme, grâce à des fiches techniques qu’il adapte aux projets sans se substituer à un maître d’œuvre.

La publicité extérieure

Ouvrir en grand

Elle est soumise à réglementation.

Elle est interdite hors agglomération, sur les monuments historiques, sur les monuments naturels et dans les sites classés, dans les cœurs des parcs nationaux et les réserves naturelles et sur les arbres. A l'intérieur des agglomérations, la réglementation nationale sur la publicité peut être complétée par des règlements locaux.

En savoir plus.

Le réseau de surveillance quantitatif des eaux souterraines

Ouvrir en grand

Afin de mieux appréhender le comportement des différents aquifères utilisés en Savoie pour l’alimentation en eau potable, particulièrement lors des périodes de sécheresse, le Département de la Savoie a décidé de mettre en œuvre un réseau automatisé de surveillance quantitatif des eaux souterraines.

 

Entre 2008 et 2015, 15 sites (12 captages et 3 piézomètres) ont ainsi été équipés d’un système d’instrumentation automatisé, autonome, communiquant par télétransmission les données mesurées. Les données sont consultables depuis un site internet afin de permettre l’accès aux collectivités concernées. La constitution de ce réseau vise deux objectifs : la gestion locale des ressources et la connaissance de leur évolution générale.


Les résultats obtenus font partie des données utilisées par le Comité sécheresse départemental qui gère les crises sous l’autorité du préfet. Des réflexions sont engagées dans le cadre d’un programme de recherche européen notamment avec l’Université de Savoie et Météo-France, afin de les transformer en de véritables indicateurs des niveaux de sécheresse du territoire.


La pérennisation du réseau est visée pour permettre une réelle approche de l’incidence de l’évolution climatique sur la ressource en eau.

 

En savoir plus : Observatoire savoyard de l'environnement - réseau de surveillance

La neige de culture

Ouvrir en grand

 

  • 41 stations sur 50 sont concernées ;



  • près de 25% des surfaces de domaines skiables équipées ;

 

  • 34 retenues d’altitudes pour une capacité totale de stockage d’eau d’environ 2 millions de m3 ;

 

  • de l’ordre de 8 millions de m3 d’eau affectés à la production de neige, provenant des retenues dédiées, des réseaux AEP, des ouvrages hydroélectriques ou de prélèvements directs en cours d’eau.

En savoir plus : l'observatoire de la neige de culture

Les déchetteries

Ouvrir en grand

La Savoie compte 53 déchetteries, soit 1 déchetterie pour 8 200 habitants.

30 % de ces installations sont en zone montagnarde, le plus souvent à proximité ou dans les stations de sport d’hiver, nécessitant ainsi des équipements adaptés.

En savoir plus : Observatoire savoyard de l'environnement - la collecte en déchetterie.

 

Mise à jour : 27 février 2017

Les déchets verts

Les déchets verts produits par les particuliers (tontes de gazon, tailles de haies, branchages…) sont considérés comme des déchets ménagers.

 

Le brûlage des déchets verts :

  • est très polluant (émissions significatives de particules fines, HAP, NOx, CO);

Ainsi, brûler 50 kg de végétaux émet autant de particules que :

- 18 400 km parcourus pour une voiture essence récente (16 800 km pour une voiture essence très ancienne) ;

- 5 900 km parcourus pour une voiture diesel récente (1 300 km pour une voiture diesel très ancienne) ;

- 3 mois de chauffage d’une maison équipée d’une chaudière au fioul performante ;

- 3 semaines de chauffage d’une maison équipée d'une chaudière au bois performante.

 

  • est interdit par l'article 84 du règlement sanitaire départemental (contravention de 3e classe de 450 €).

 

Les déchets verts peuvent être :

  • soit déposés en déchetterie (ils seront alors transférés sur une plateforme de recyclage afin d’être transformés en compost) ;
  • soit utilisés sur place (compost, paillage).

 

En savoir plus :

 

  • Vidéo réalisée par Air Rhône-Alpes sur le brûlage des déchets verts.

 

Transalp'air

L’air ne reste jamais longtemps immobile : poussé par les vents, il franchit les montagnes et voyage sans entrave sur de longues distances. Pour suivre au plus près cette ressource vitale qui ne connaît pas les frontières, il est important de se placer à la même échelle et de disposer d’une perspective régionale. C’est aujourd’hui possible grâce au site Internet www.transalpair.eu.


www.transalpair.eu est consacré à la qualité de l’air des Alpes du nord partagée entre la Suisse, la France et l’Italie. Il est le fruit de la collaboration entre les spécialistes de la qualité de l’air du canton de Genève (SP’Air), du Valais (SPE), de Vaud (SEVEN), de l’Ain et des Pays de Savoie (Air Rhône-Alpes) et du Val d’Aoste (ARPA).

Cet espace d’information permet aux internautes - qu’ils soient décideurs, habitants ou visiteurs - de connaître en temps réel les prévisions et les niveaux de pollution de cette région de l’arc alpin caractérisée par son capital touristique et la densité de ses échanges transfrontaliers.


Le site Transalp’Air met à la disposition des internautes les informations suivantes :
• Une cartographie de la qualité de l’air du jour et des prévisions pour les jours suivants ;
• Un indice journalier de la pollution de l’air harmonisé calculé selon les normes européennes ou suisses ;
• Un accès à l’ensemble des mesures des polluants réglementés ;
• Des informations vulgarisées sur les différents polluants de l’air et leurs cycles ;
• Le cadre légal régissant la pollution de l’air aussi bien en Suisse que dans l’Union Européenne.

Le SDAGE du bassin Rhône-Méditerranée

Ouvrir en grand

Le SDAGE du bassin Rhône-Méditerranée :

  • décline la Directive Cadre sur l’Eau et fixe les grandes orientations de la politique de l’eau 2010-2015 dans le bassin Rhône-Méditerranée ;
  • pour chaque « masse d’eau », définit des objectifs de bon état assortis de délais pour les atteindre.

Il est accompagné d’un « programme de mesures » déclinées par sous-bassins versants, pour l’atteinte des objectifs fixés. La Savoie est concernée par 8 sous bassins versants qui alimentent soit le Rhône, soit l’Isère amont.

 

En savoir plus : Agence de l'eau - SDAGE du bassin Rhône-Méditerranée

Les documents de référence

Ouvrir en grand

Au niveau national, le plan particules a pour objectif principal la réduction de la pollution de fond par les particules en proposant des mesures pérennes à la fois :
• régaliennes et obligatoires (renforcement de normes, augmentation des contrôles, éco-conditionnalité des aides...) ;
• incitatives (crédit d’impôt, zones d’actions prioritaires pour l’air...) ;
• portant sur une plus forte sensibilisation et mobilisation de la population et des acteurs de terrain.

Les SRCAE fixent, à l'échelon du territoire régional et à l'horizon 2020 et 2050, les orientations permettant :

  • d'atténuer les effets du changement climatique et de s'y adapter,
  • de prévenir ou de réduire la pollution atmosphérique ou d'en atténuer les effets.

Les PDU et les PCET élaborés par les collectivités doivent être compatibles avec le SRCAE.


Les documents d’urbanisme (SCOT, PLU) doivent prendre en compte le SRCAE et les PCET et déterminer les conditions permettant d'assurer, dans le respect des objectifs du développement durable, la réduction des émissions de gaz à effet de serre, la maîtrise de l’énergie et la production énergétique à partir de sources renouvelables, et la préservation de la qualité de l’air.

La peupleraie de Chautagne

La peupleraie de Chautagne est l'une des plus grandes d'Europe. Gérée par l'ONF, elle s'étend sur la quasi-totalité de la zone dite des "marais de Chautagne", soit sur plus de 800 ha.

Dès 1936, alors que les ¾ du marais n’étaient plus exploités, l’Etat fait des offres de rachat à plus de 1 500 propriétaires, puis exproprie les restants suite à un décret déclarant d’utilité publique les travaux sur le marais.


Un réseau de canaux primaires et secondaires est alors creusé pour drainer le marais en direction du lac et du canal de Savières. Les plantations commencent immédiatement mais s’intensifient en 1937 à la fin des travaux de drainage.
On y plante en quasi totalité du peuplier noir, une sous-variété de Caroline.

La Savoie au cœur des enjeux environnementaux